Votre navigateur ne reconnaît pas les scripts.
×

En utilisant les services de PrePeers.co, vous acceptez nos CGU et l'utilisation des cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.

Image de l'article du blog de Prepeers écrit par Sharon: Comment réussir son entretien d’embauche ?

Comment réussir son entretien d’embauche ?

Se vendre, paraître sous son meilleur jour... Réussir son entretien d'embauche c'est correspondre au poste et à l'entreprise, mais c'est aussi une affaire de feeling ! Comment réussir son entretien d’embauche ?

Horloge 14 minutes de lecture
Calendrier Publié le 21/10/2019

En 2015, le cabinet de recrutement Robert Walters a réalisé une étude auprès de 2 355 candidats et 180 employeurs, dans laquelle on apprend que, selon les employeurs, l'attitude, les compétences, la personnalité et la motivation sont les qualités essentielles que doit posséder un candidat. Aujourd’hui, 56% des recruteurs reçoivent pour un poste, en moyenne, 4 à 6 candidats en entretien d’embauche, d’une durée comprise entre 30 minutes et 1 heure 30.


L’épreuve de l’entretien d’embauche est encore très redoutée car il s’agit de savoir s’exprimer clairement et parler de soi, en toute confiance et dans un temps très limité. Pour réussir un entretien d’embauche, il faut donc se préparer à l’avance à répondre à des questions classiques. 


Ainsi, pour aider au maximum chacun à préparer et à réussir son entretien d’embauche, nous avons dressé une liste de 10 questions types, avec des conseils de réponses.




Présentez-vous ?


Le recruteur que vous avez en face de vous doit comprendre que, au regard de vos expériences professionnelles et des qualités que vous avez développées, vous êtes le candidat idéal pour le poste à pourvoir.



Si cette question paraît simple, beaucoup de candidats négligent la préparation et la réponse qu’ils formulent. Vous devez, en 2 ou 3 minutes donner un aperçu synthétique de votre personnalité ainsi que de votre parcours professionnel. Il ne s’agit donc pas ici de détailler précisément votre histoire, mais de ne mentionner que les étapes les plus importantes qui ont jalonné votre parcours. Le but de cette introduction est de mettre en valeur les séquences de votre parcours pendant lesquelles vous avez acquis des compétences et étoffé votre expérience professionnelle.


Vous devez donc préparer une sorte de « pitch », logique et structuré, qui vous permette de raconter votre histoire et de mentionner les qualités que vous avez développées durant votre parcours. Commencez donc par vous présenter en répondant aux 3 questions suivantes : 


  • D’où venez-vous ? 
  • Quels sont vos hobbies ? 
  • Quels sont vos objectifs ?


Utilisez cette question pour mettre en valeur une ou deux qualités que vous avez acquises grâce à la pratique de votre hobby.


Ensuite, mentionnez les 2 ou 3 principales expériences qui ont marqué votre parcours professionnel en répondant aux 4 questions suivantes : 


  • Où avez-vous travaillé ? 
  • Quel poste avez-vous exercé ? 
  • Qu’avez-vous appris ? 
  • Quelles sont les qualités que vous avez développées ?


Enfin, faites la transition en soulignant la logique de votre parcours par rapport à l’offre à laquelle vous candidatez. Le recruteur que vous avez en face de vous doit comprendre que, au regard de vos expériences professionnelles et des qualités que vous avez développées, vous êtes le candidat idéal pour le poste à pourvoir.




Que connaissez-vous de notre entreprise ?


Essayez au maximum de rapprocher les enjeux et les objectifs de l’entreprise de vos ambitions personnelles.



Attention, il ne s’agit pas ici de réciter l’onglet « A propos » du site internet de l’entreprise que vous souhaitez rejoindre. Essayez de prendre de la hauteur de vue en situant l’entreprise dans son secteur d’activité, et sur son marché. Si possible, soulignez les enjeux auxquels doit faire face l’entreprise, ses objectifs, ainsi que la stratégie qu’elle déploie, selon vous, pour dépasser ces enjeux et atteindre les objectifs fixés.


Vous pouvez reprendre quelques citations qui proviennent de son site internet, ou de sa plaquette de présentation, mais essayez au maximum de rapprocher les enjeux et les objectifs de l’entreprise de vos ambitions personnelles. En effet, expliquez en quoi vous vous sentez concerné(e) par les problématiques que vous soulevez, et en quoi l’approche de l’entreprise pour atteindre ses objectifs vous paraît être la bonne et en lien avec votre vision des choses.


Utilisez un ou deux exemples de votre parcours qui vous permettront de démontrer que, au regard de la situation actuelle et du contexte, vous êtes le candidat idéal pour aider l’entreprise à relever ses défis. De cette manière, vous prouverez à votre recruteur que vous connaissez vraiment l’entreprise et que vous êtes bien conscient de sa situation actuelle.




Quelles sont vos principales qualités ?


Pour répondre à cette question, nous vous recommandons d’être honnête, pertinent et précis dans le choix des adjectifs qualificatifs que vous faites. En effet, ne dites pas ce que le recruteur a envie d’entendre, mais utilisez cette question pour parler de vous afin de vous mettre en valeur. Illustrez votre propos à l’aide d’un exemple récent, concret et adapté à la situation, afin de vous permettre de démontrer comment, dans une situation pratique, les qualités dont vous parlez ont permis de débloquer une situation. Aussi, choisissez des qualités qui sont fidèles à votre personnalité et qui conviennent au poste en question. 


Structurez votre réponse en fonction de 3 qualités, et terminez en mentionnant un exemple. Voici une liste de qualités que vous pourriez utiliser dans le but de répondre à cette question avec des termes précis :


  • Avoir le sens de la rigueur ;
  • Avoir le sens de l’écoute ;
  • Avoir le sens de l’organisation ;
  • Avoir le sens du travail en équipe ;
  • Avoir le sens de l’engagement ;
  • Avoir le sens de l’initiative ;
  • Être proactif ;
  • Être déterminé ;
  • Être intègre ;
  • Être fiable ;
  • Être persévérant ;
  • Savoir prendre du recul ;
  • Savoir analyser ;
  • Savoir se remettre en question ;




Quels sont vos principaux défauts ?


Trouvez le juste milieu en soulignant un ou plusieurs défauts acceptables en entreprise, à propos desquels vous faites beaucoup d’efforts dans le but de les gommer avec le temps.



Ce que le recruteur cherche vraiment à faire en posant cette question, au-delà du simple fait de vérifier si vous êtes un bon élément en entreprise, c’est de tester votre capacité à vous remettre en question et à être honnête avec vous-même. 


Attention, ne dites surtout pas que vous êtes une personne solitaire, qui n’aime pas travailler en équipe, ou travailler tout court. Ne dites pas non plus que vous ne savez pas travailler sous pression, ni que vous ne savez pas respecter les « deadlines » que l’on vous fixe. De l’autre côté, ne dites pas : « Je n’ai aucun défaut, je suis parfait ».


Trouvez le juste milieu en soulignant un ou plusieurs défauts acceptables en entreprise, à propos desquels vous faites beaucoup d’efforts dans le but de les gommer avec le temps. Par exemple, vous pouvez dire que parler en public n’est pas votre fort et que cela ne vous met vraiment pas à l’aise, mais que vous participez à des séances de prise de parole en public afin de vous mettre à l’aise lorsque vous prendrez la parole en réunion.


La partie la plus importante de la réponse n’est évidemment pas le ou les défauts que vous allez mentionner, mais la manière avec laquelle vous cherchez à travailler sur vous-même pour vous améliorer.


Exemple de réponse :


« J’ai tendance à être angoissé et nerveux lorsque je dois m’exprimer en public, ou prendre la parole en réunion. C’est assez handicapant car je pense que chacun doit pouvoir exposer ses idées clairement, à ses collègues ou à ses managers. Pour surmonter ce sentiment de stress qui m’envahit avant de m’exprimer, je me suis inscrit(e) à des cours de prise de parole en public. J’ai commencé il y a peu de temps, mais les quelques séances que j’ai réalisées m’ont permis de prendre de l’assurance et d’être plus confiant(e) lorsque je m’exprime en public. »




Avez-vous déjà exprimé votre désaccord avec votre supérieur(e) hiérarchique ?


Parlez plutôt de la fois où votre attitude a permis de créer une véritable différence sur l’issue de la situation.



Nous avons tous déjà exprimé, au moins une fois, un désaccord avec notre chef(e). En posant cette question, le recruteur cherche à tester à et à mesurer votre capacité à prendre des initiatives et à exprimer vos idées de manière professionnelle et productive.


Choisissez LA bonne histoire qui va capter l’attention de votre interlocuteur. Évoquez une histoire qui vous permettra de relier les qualités requises pour le poste auquel vous candidatez aux « soft-skills » que vous souhaitez mettre en avant. Il y a de grandes chances que vous y trouviez des termes tels que « Capacité à travailler sous pression », « Capacités de communication », « Capacité à prendre des initiatives » …


Ainsi, vous devez raconter la fois où, au travail, vous avez exprimé un désaccord en faisant preuve des qualités indiquées dans l’annonce à laquelle vous postulez. En effet, ne mentionnez pas la fois où vous avez cherché à mettre des bâtons dans les roues de votre supérieur car il n’écoutait pas vos idées. Parlez plutôt de la fois où votre attitude a permis de créer une véritable différence sur l’issue de la situation.


Vous devez être capable de démontrer que vous avez su exprimer les points de désaccord, exposer vos idées, et convaincre votre management de la pertinence de vos propos. Cette histoire doit permettre à votre interlocuteur de savoir que vous savez rester serein et professionnel en toutes circonstances. Ainsi, vous apparaîtrez comme un candidat solide, à forte valeur ajoutée pour l’entreprise.




Comment vos collègues ou votre manager vous décriraient-ils ?


C’est le moment de mettre en valeur certains aspects de votre personnalité que vous n’avez pas déjà abordés depuis le début de l’entretien d’embauche.



Attention, lorsque vous répondez à cette question, ne mentez pas et restez honnête. Souvenez-vous qu’il y a de grandes chances que votre interlocuteur prenne contact avec vos anciens managers ou vos anciens collègues : il doit entendre dans leur discours la même chose que dans le vôtre.


C’est le moment de mettre en valeur certains aspects de votre personnalité que vous n’avez pas déjà abordés depuis le début de l’entretien d’embauche. Vous pouvez en effet parler de votre capacité à travailler en groupe, de votre dynamisme, ou de votre fiabilité dans une situation stressante.


Pour répondre le plus simplement à cette question, vous pouvez reprendre la dernière évaluation de vos supérieurs. Ainsi, vous pourrez dire que vous êtes « fiable », « engagé(e) », « déterminé(e) » ou « créatif(ve) », tout en restant modeste. Aussi, vous pouvez répondre en mentionnant 3 qualités, chacune accompagnée d’un exemple concret de votre expérience entreprise. 



Exemple de réponse :

« Si cela est difficile de parler à la place des autres, je pense qu’ils me décriraient comme quelqu’un de jovial et positif, car, au bureau, j’étais toujours celui ou celle qui rappelait et souhaitait les anniversaires des autres collègues. Ils me décriraient aussi comme quelqu’un de travailleur et d’engagé, car je fais tout mon possible pour rendre mon travail à temps, et bien réalisé. Enfin, mon manager me décrirait comme quelqu’un de dynamique et de proactif, car je n’ai pas pour habitude de simplement faire ce que l’on me demande, mais j’aime bien aller plus loin. »




Comment gérez-vous la pression ou les périodes stressantes ?


En soulignant le fait que vous savez parfaitement gérer ce genre de situation, vous apparaitrez aux yeux du recruteur comme un véritable atout pour l’entreprise.



Pour répondre à cette question, vous devez être capable de choisir un moment où vous avez fait face à une situation intense et stressante, tout en restant positif(ve) et déterminé(e) afin de résoudre la situation.


Pour faire la différence en entretien, vous pouvez répondre à cette question en détaillant vos propres méthodes que vous employez afin de réduire le stress et de prendre du recul face à la situation. Ainsi, vous pouvez évoquer votre capacité à mettre en place des « To do List », à prioriser les tâches, et à être productif(ve) quel que soit le contexte. Pour étayer votre propos, vous devez partager un exemple concret que vous avez vécu, et souligner que vous avez su garder la tête froide et répondre aux attentes, malgré la situation.


Terminez votre réponse en reliant cette expérience à l’entreprise pour laquelle vous postulez. En soulignant le fait que vous savez parfaitement gérer ce genre de situation, vous apparaitrez aux yeux du recruteur comme un véritable atout pour l’entreprise.




Quelles sont vos prétentions salariales ?


Il est préférable de répondre en indiquant une fourchette.



Pour répondre à cette question, vous devez avoir une idée bien précise de combien gagnent en moyenne les salariés de l’entreprise au poste que vous convoitez. Ainsi, il est essentiel de faire des recherches de votre côté, en utilisant des ressources telles que LinkedIn Salary, Payscale ou Glassdor.


Aussi, il est préférable de répondre en indiquant une fourchette. En effet, cela vous permet de prendre moins de risques, de rester mesuré(e) dans vos propos, et de faire comprendre à votre interlocuteur que vous êtes flexible. De plus, si vous indiquez une fourchette haute de salaire, vous devez être capable de justifier ce choix en mentionnant votre expérience, votre parcours et la pertinence de votre profil. Avant l’entretien d’embauche, vous devez avoir une idée bien précise de ce que vous aimeriez gagner. 


Nous vous conseillons donc de mentionner un salaire plus élevé de ce que vous avez en tête, en disant que vous êtes prêt(e) à faire des concessions, et que vous restez ouvert(e) à la discussion.




Si vous étiez un animal, que seriez-vous ?


Il y a de grandes chances que l’on vous pose une question aussi déstabilisante que « Quel animal seriez-vous ? » ou encore « Quel arbre seriez-vous ? ». S’il n’y a pas de mauvaise réponse à ce genre de question, c’est l’occasion pour vous de mettre en valeur des aspects de votre personnalité que vous pourriez retrouver dans l’animal, ou dans l’arbre de que vous allez mentionner.



Exemple n°1 de réponse :

« La question n’est vraiment pas évidente… Si j’étais un animal, je serais très probablement un Golden Retriever. En effet, je suis de nature très calme, fiable et fidèle. Je pense vraiment être quelqu’un de confiance, sur qui l’on peut compter dans les moments plus difficiles de la vie de toute entreprise. »


Exemple n°2 de réponse :

« Si j’étais un arbre, je serais très probablement un sapin des forêts. Au-delà du simple fait que j’aime beaucoup la montagne, je suis de nature très calme, et robuste. En effet, malgré le poids de la neige qui pèse sur les branches du sapin, ce dernier reste stable et droit. Lorsque la pression pèse sur mes épaules, et qu’il faut supporter son poids, je sais garder mon sang froid et faire preuve de robustesse dans les moments difficiles. »




Avez-vous des questions ?


Vous ne devez pas négliger la dernière phase de l’entretien d’embauche. Cette question est l’occasion pour vous de réaliser un dernier coup d’éclat, et de montrer votre curiosité et votre implication dans la vie de l’entreprise. C’est aussi l’occasion pour vous d’en savoir plus sur l’entreprise, sur votre équipe ou sur vos supérieurs.


Ainsi, ne dites pas « Non, je n’ai pas de questions », mais servez-vous de cette opportunité aussi pour mesurer si l’offre d’emploi à laquelle vous avez postulé est en phase avec vos attentes et vos aspirations.


Ainsi, vous pouvez poser des questions telles que « Que préférez-vous en travaillant ici ? », ou bien « Quel parcours avez-vous réalisé pour arriver là où vous êtes aujourd’hui ? » ou bien « Que pouvez-vous me dire sur les perspectives de croissance de l’entreprise ? ». N’hésitez pas non plus à poser des questions plus personnelles, qui vous permettront d’établir un lien direct avec votre interlocuteur telles que « Si vous aviez un conseil à me donner, quel serait-il ? ». 




En conclusion


Pour réussir un entretien d’embauche, il faut bien préparer les réponses que le recruteur peut vous poser. Il faut aussi vous préparer à y répondre de vive voix, avec un membre de votre famille, un ami, ou un coach sur Prepeers.co. En donnant des réponses structurées, argumentées et illustrées d’exemples, vous ferez vraiment la différence et vous apparaitrez comme un sérieux atout pour l’entreprise.


Et vous, quels conseils pourriez-vous donner pour aider les autres à sortir du lot en entretien d’embauche ?


Photo de profil de l'auteur
Article écrit par Sharon